Ils s’engagent et en témoignent

Donner du temps, de l’énergie : c’est l’engagement des milliers de bénévoles qui contribuent chaque jour, en Pays de la Loire à faire vivre le lien social et intergénérationnel.





Groupe de bénévoles

Accompagner les nouvelles formes de bénévolat

« Aujourd’hui, les engagements bénévoles sont moins linéaires, il est moins courant de s’engager pour une longue, voire très longue période dans la même association. De plus, les bénévoles vont plus spontanément se mobiliser pour des actions précises, pour des engagements forts et visibles dans lesquels ils pourront percevoir rapidement les résultats.
C’est une des raisons pour lesquelles il est important que la Fondation pour le bénévolat puisse comprendre comment mieux maîtriser ce désir d’engagement ponctuel en proposant d’autres formes de bénévolat, plus agiles. »

Laurence Garnier, vice-présidente de la Région, présidente de la commission culture, sport, vie associative, bénévolat et solidarités
Portrait de 3 bénévoles de l'association EmpowerNantes

EmpowerNantes : Être en capacité de faire

« EmpowerNantes est une organisation spécialisée dans la mobilisation citoyenne et le pouvoir d’agir. Elle organise environ 75 actions de bénévolat par mois et permet aux citoyens de s’engager ponctuellement sur des actions courtes. Nos actions s’adressent principalement à des personnes qui sont éloignées du bénévolat, compte tenu de leur situation sociale, du barrage de la langue ou parce qu’elles sont en situation de handicap.
En cinq ans, près de 6 000 bénévoles se sont mobilisés sur le territoire nantais, à travers 30 à 50 actions menées chaque année. En 2019, près de 450 bénévoles ont été formés : il n’y a pas de profil type, mais c’est plutôt une tendance importante chez les 30-35 ans, en légère majorité des femmes, qui ont plusieurs heures à offrir chaque semaine et qui souhaitent « agir tout de suite, sans perdre de temps. » On voit bien l’importance que prend le bénévolat ponctuel, celui qui demande un engagement rapide, sans formation préalable. Car les gens ont besoin de se sentir utile, rapidement, concrètement. »

Les coordinateurs Nicolas Rabu, Cécile Bolo et Léa Drain.

Portrait de Daniel Vedieu, bénévole à l'association Les Petits Frères des Pauvres

Les petits frères des pauvres : aller au-delà de la rencontre

« Mettre en relation les habitants d’un même quartier avec les personnes âgées en privilégiant la proximité, les affinités, et la réciprocité des échanges… Ce sont des petits gestes à la portée de tous que l’on essaie de développer au sein de l’association. Le dispositif Voisin-Age n’a qu’un seul objectif : favoriser la cohésion sociale au sein d’un quartier et de regrouper les personnes disponibles désireuses de partager leur temps avec d’autres citoyens. Et pour combattre davantage encore l’isolement des personnes âgées, Voisin-Age permet aux citoyens ayant du temps libre de participer à la vie sociale d’un quartier.
Nous sortons d’une période difficile avec la crise du Covid-19 et lorsque le contact n’est plus possible, il faut trouver des alternatives. Comment faire lorsque certaines personnes isolées n’ont même pas de téléphone portable ? Pas évident dans ce contexte où, préserver ces personnes, souvent âgées, du Covid-19, est devenu une règle absolue. Les contacts téléphoniques bousculent un peu les modes de communication dans cette période compliquée, et pour cela aussi, nous manquons de bénévoles… L’enjeu numérique est primordial dans notre réseau car il permet de conserver le contact, notamment grâce aux visios. »

Daniel Vedieu, animateur du dispositif Voisin-Age.
Portrait de Maxime Hurault, directeur de l'antenne de La Cloche Pays de la Loire

La Cloche Pays de la Loire : bénévole, quelle que soit la condition

« Aujourd’hui, en France, plus de 143 000 personnes sont sans-domicile. Derrière chaque homme ou femme dans la rue, il y a une histoire, une personnalité, des passions… Pour les aider, notre association La Cloche développe des programmes qui visent à changer le regard porté sur ce monde de la rue qui, à son tour, cherche à se rendre utile. En tant que citoyen, nous avons notre rôle à jouer dans la lutte contre la grande exclusion, notamment à travers la création de lien social. Pour y parvenir, nul besoin d’être un pro du social !
Cet engagement, complémentaire et reconnu par les professionnels de l’action sociale, favorise l’inclusion des personnes sans domicile. La condition de la personne n’est pas un frein à son activité de bénévole, et souvent nous sommes confrontés à des personnes qui souhaiteraient devenir bénévole sans en avoir la pleine disponibilité. Le bénévolat ponctuel, un peu dans un esprit de consommation d’un service, n’est pas incompatible avec les besoins d’aujourd’hui. Donner 2 heures de son temps par semaine, c’est déjà énorme.
»

Maxime Hurault, directeur de l’Antenne de La Cloche Pays de la Loire

Plan du siteMentions légalesGestion des cookiesProtection des données – © Fondation régionale du bénévolat en Pays de la Loire.